Beni Ouarain, un nom qui évoque le Maroc, les Berbères du Moyen Atlas, un tapis tribal fait de laine naturelle. De plus en plus, ce nom renvoie aux plus belles réalisations des décoratrices d'intérieur. On en a entendu parler, sous l'appellation beni warin, avant de découvrir sa prononciation exacte, à l'anglaise, Beni Warren. C'est avec retenue et un peu d'hésitation que l'on s'est aventurée à prononcer ce nom exotique, Beni Waraine, en parcourant la Médina de Marrakech.

Avec en mémoire des intérieurs somptueux, le souvenir d'une amie d'enfance, retrouvée un peu par hasard, qui a fini par nous mettre sur la voie, en contemplant un magasine de décoration intérieure. Elle a vaguement parlé d'un tapis marocain prestigieux, pointant du doigt un couvre-sol en laine, barré de traits ondulés approximatifs. Le tapis mystérieux trônait dans un salon d'une créatrice d'intérieurs designs.

Beni Ouarain

Avant cet épisode, il faut admettre que ce nom vous était parfaitement inconnu. imaginant plutôt la poterie de Safi et les sacs en cuir marocains de Marrakech à l'évocation de l'artisanat marocain. Vous vous doutiez bien que l'art décoratif des Berbères couvrait des domaines restant encore à découvrir, mais vous en étiez restée au cuir et aux cendriers marocains traditionnels.

Quelle ne fut pas votre surprise lorsque, conviée à un repas chez votre amie, vous avez aperçu un tapis blanc en laine couvert de losanges brun-noirs dans son salon. Dans votre esprit, ce tapis était un véritable monument de la décoration intérieure. Il vous semblait que ce tapis serait hors de prix, réservé à une sorte d'élite, pour des personnes ne reculant pas devant une telle dépense. Vous pensiez déjà que votre salaire ne vous autorisait pas à prendre trop de liberté dans l'achat de biens d'équipement onéreux. Surtout pour un simple tapis en laine, dont le prix reflétait certainement sa rareté et son prestige. Il vous semblait exagéré de dépenser autant pour un tapis, votre préférence allant naturellement vers un bijou en or à ce prix là.

Beni Ouarain

Lorsque le prix d'achat vous a été communiqué par votre amie, il vous semblait qu'elle parlait de la table basse du salon, acquise auprès d'un Berbère artisan du bois à Marrakech. Le prix semblait raisonnable pour une table en bois massif. Vous songiez que le prix du bois au Maroc était certainement bien plus accessible qu'en France, notamment à Paris où la moindre originalité se payait au prix fort.

Comprenant votre confusion, vous avez fait confirmer par votre amie le prix du tapis, elle l'avait bien acheté pour quelques centaines d'euros, mais sans vous préciser où elle l'avait acheté ni comment elle l'avait choisi. Sur Internet a-t-elle fini par ajouter, rassurée qu'elle avait été par la possibilité offerte par le vendeur de remplacer le tapis si celui-ci ne convenait pas au final. Alors que vous pensiez aux souks de la Médina de Marrakech, vous demandant où acheter un tapis Beni Ouarain, votre amie vous avait glissé un papier sur la table. Elle avait écrit à la main www.tapis-beni-ouarain.com. Ils sont plus jolis que la plupart des tapis que j'ai vu dans les souks disait-elle, rajoutant que son prix, pour une qualité bien supérieure, était trois ou quatre fois inférieur aux tarifs exorbitants qu'elles avaient vu affichés dans des boutiques marocaines à Paris. Toujours à Paris, elle avait même remarqué une vitrine d'une boutique de déco, où les tapis Beni Ouarain se vendaient à plus de 1500,00 €, un prix un peu élevé pour une qualité qui semblait moyenne.

Il n'en fallait pas plus pour vous convaincre. L'épaisseur de la laine naturelle se sent bien sous les pieds, et la douceur de ce tapis berbère vous exalte depuis que vous êtes arrivée chez votre amie. Dans votre esprit, la question centrale n'est désormais plus "où acheter un tapis Beni Ouarain ?", mais quand. Car il ne fait plus aucun doute que vous allez contacter ce site Internet pour vous assurer que le tapis peut bien être remplacé si nécessaire. Et puis le nom du site web est facile à retenir, www.tapis-beni-ouarain.com. Votre amie n'avait pas hésité longtemps ...