Le Maroc est décidément un pays étonnant. Alors que bon nombre de traditions se perdent un peu partout dans le monde, les traditions aux Maroc restent ancrées dans l'esprit des marocaines et des marocains. Le couscous reste le plat du vendredi, indiscutablement, le tagine celui des autres jours, et le Ramadan une fête en famille, où les liens se resserrent, où l'ambiance est unique et particulièrement conviviale.

Le Maroc est une destination touristique privilégiée, et Marrakech est une cité connue dans le monde entier. Les Berbères sont également connus au travers de leurs tapis et de leur artisanat. Là où des designers besogneux multiplient les croquis et les esquisses dans le but de créer des objets toujours plus designs, les femmes berbères nouent des tapis dans une ambiance décontractée, en l'absence de toute pression.

Beni Ouarain

Ces femmes berbères semblent parfois peu se soucier du résultat final en terme de décoration des tapis. Elles dessinent des traits de laine brun-noirs sur un océan de laine blanche naturelle. Ce n'est pas la régularité qui importe, ni la courbe ni autre recherche design. Il s'agirait plutôt de se laisser aller à tracer des traits, en totale liberté, sans contrainte et presque par amusement.

Si les losanges ont fini par s'imposer, ce ne sont pas vraiment les femmes berbères qui en ont décidé ainsi. La demande des amateurs a porté cette mode vers les sommets, sans autres explications. Les femmes berbères se sont alors contentées de répondre aux attentes, amusées certainement par la subite notoriété d'un tapis qu'aucune agence de marketing publicitaire n'a jamais promu. La tendance, en terme de décoration intérieure, qui consiste à créer les plus beaux décors autour d'un tapis Beni Ouarain, se s'est jamais essoufflée.

Beni Ouarain

Rares sont les phénomènes de mode qui perdurent, on est plutôt habituée à des changements, où une tendance remplace une autre à un rythme effréné. Le tapis Beni Ouarain se maintient en haut du pavé, c'est comme ça. On a même parfois l'impression que la mode tourne autour de ce tapis berbère, faisant réapparaître les matières naturelles comme le cuir, l'osier ou le bois autour de la laine des tapis.

La décoration intérieure puiserait même dans l'art décoratif berbère, comme le suggère le succès des suspensions marocaines. Les designers se sont peut-être un peu égarés, à trop vouloir innover en permanence. Le public, lui, a besoin à la fois de noblesse et de charme naturel, préférant les matières nobles naturelles aux matières plastiques et synthétiques. Si cette tendance est globale, elle est fortement marquée dans le domaine de la décoration intérieure.

Le Maroc est, encore une fois, assez étonnant, avec ces Berbères artisans, dont les créations gardent une empreinte traditionnelle, se renouvelant bien moins vite que la mode. Elles occupent néanmoins une place de choix dans le cœur des amatrices de belles choses. J'entends ou je lis parfois que l'artisanat marocain devrait se renouveler davantage, alors que les artisans marocains sont sans cesse confrontés à des acheteurs qui recherchent avant tout les objets traditionnels inspirés des anciens modèles.

L'engouement autour des objets décoratifs de l'artisanat berbère du Maroc n'est pas prêt d'être démenti, il se maintient dans le temps, comme l'artisanat berbère traverse le temps. La culture berbère s'est hissée jusque dans les magasines de décoration intérieure les plus huppés, à travers les cinq continents, d'une façon étonnante, comme si le chemin avait été tracé depuis longtemps. Grâce au tapis Beni Ouarain, c'est toute la noblesse du travail manuel qui retrouve son prestige, entraînant avec lui tout l'art décoratif des Berbères du Maroc.